De la caméra à l'œil  humain

 

 

La vue est un des cinq sens. Les autres sont l'ouïe, le toucher, l'odorat, et le goût.

 

Voir nécessite le fonctionnement synergique de plusieurs structures.

 

Si on compare l'œil  à une chaîne vidéo, on trouve :

Un capteur, l'œil, comparable à une caméra autofocus (grâce au cristallin)avec diaphragme automatique (grâce à l’iris), et motorisée  capable de suivre sa cible.

Comme il y a deux yeux, le champ de vision est plus large, et surtout, l’observation à partir de deux points légèrement décalés fournit l’information nécessaire à une perception tridimensionnelle, après décodage spécifique dans les aires visuelles.


Les voies optiques comparables à un câblage (avec de très nombreuses fibres)


Les aires visuelles corticales comparables à un moniteur vidéo précédé et suivi par un système de traitement de l'image plus performant que les meilleurs ordinateurs. Celui-ci permet par exemple

- de gérer les informations prioritaires, ce qui explique qu'un objet en mouvement est plus vite perçu qu'un objet immobile (on trouve plus vite une aiguille sur un drap en le secouant afin de faire

Comprendre la vision

bouger l'aiguille), et qu'un objet arrivant vers soi est perçu en priorité absolue. Et on peut comprendre que dans l'évolution des espèces, celles qui voyaient arriver les dangers le plus vite aient été favorisées!

- de commander de façon automatique certains mouvements des yeux, comme les mouvements de poursuite qui permettent de suivre un objet mobile,

- de zoomer, en concentrant son attention sur une plus ou moins grande partie de ce que l'on regarde. Par exemple, lorsque vous feuilletez ce livre, votre attention visuelle se porte sur la page, ou les lignes, lorsque vous le lisez comme maintenant, elle se porte sur les mots, lorsqu'il y a un caractère _ inconnu, elle se concentre sur celui-ci et  lorsque sur un tout petit caractère O vous hésitez entre un "O" ou un "Q",  vous  "zoomez" sur la partie de la lettre ou se trouverait la queue d'un "Q". L'équivalent serait les zooms numériques de certains caméscopes qui à partir d'une image optique invariable affichent en plein écran l'ensemble de l'image ou un détail de celle-ci.

- de reconnaître ce que vous voyez. Reconnaître instantanément que ceci est une chaise, cela un verre, que les trois personnes qui entrent sont Pierre, Paul, et Antoine est une prouesse de chaque instant.

    En savoir plus sur la neuro-vision


  

L'anatomie des voies optiques qui traversent l'encéphale de part en part, des yeux jusqu'à la partie la plus postérieure du cerveau (lobe occipital) explique qu'elles sont souvent lésées en cas de tumeurs cérébrales, d'infarctus cérébral,..

Pour que les deux yeux perçoivent une image unique d’un objet, il faut qu’ils regardent tous les deux cet objet, c’est à dire que les axes visuels convergent vers cet objet (ou que le cerveau ne voit que l’image d’un seul des deux yeux : voir neutralisation ici).


Si l’objet est proche, les deux yeux doivent converger fortement. Ainsi, un bébé sans strabisme regardant son biberon de très près, aura ses deux yeux qui convergeront fortement. Cette convergence n’est pas une anomalie, c’est au contraire le signe d’une vraie vision binoculaire.


Il existe une diplopie physiologique : les deux yeux ne peuvent converger que sur un seul point. De part et d’autre, il peuvent encore fusionner l’image de chaque œil, et en extraire la notion de relief. Plus loin en avant ou en arrière, la fusion est impossible et il existe deux images, même si leur existence n’est pas évidente.

Démonstration :

mettez l’index entre vos yeux et ce carré rouge.

Montrez le carré rouge du doigt , puis fermez un œil puis l’autre : un seul de vos yeux est effectivement aligné avec votre doigt et le carré. L’autre œil visait à côté.

Fixez votre doigt : vous voyez 2 carrés rouges.

Fixez le carré rouge, vous voyez deux doigts.

Montrez à nouveau le carré du doigt : vous avez, si ça n’était pas le cas au début, clairement conscience de voir votre doigt en double et transparent, et de devoir choisir entre ces deux images pour viser.

Un peu comme la barbe du capitaine Haddock :

dessus ou dessous ?


La vision binoculaire

La vision binoculaire, lorsqu’elle est présente, comporte plusieurs niveaux, depuis la vision simple avec une vague vision du relief, jusqu’à une vision stéréoscopique très fine.


La question de la présence ou non d’une vision du relief n’est pas évidente: voir ici.