Occlusion permanente prolongée

L ’occlusion totale permanente prolongée

Comme il existe plusieurs chemins pour arriver au bon endroit, il existe plusieurs façon de mener à bien une occlusion. L’occlusion permanente prolongée est l’une d’elle.



Occlusion du "bon" œil nuit et jour


Exemple d’ordonnance pour une première prescription d’occlusion permanente prolongée


Pansement à coller sur l'oeil XXXX (le meilleur) afin de guérir l'oeil YYYY (amblyope =qui voit mal).

Avant de commencer, il faut avoir testé l'acuité visuelle de loin et de près de chaque oeil, avec lunettes, sur l'échelle que je vous ai remise ("Transports", téléchargeable sur strabisme.fr ou laloum.fr). Il faut avoir noté à quel endroit et avec quel éclairage ce test a été fait, car il faudra ensuite refaire ces tests exactement dans les mêmes conditions.

Le vendredi après-midi, mettre le pansement sur l'œil amblyope, et le remettre sur l'oeil le meilleur au coucher après avoir testé son acuité visuelle de loin et de près, avec lunettes, sur l'échelle transport. M’avertir en cas de baisse visuelle.

 


1)  OPTICLUDE ou ORTHOPAD  : 3 boites enfant / adulte à renouveler 5 fois


2) Teinture de Benjoin : appliquer et laisser sécher avant de coller le pansement. Ne plus utiliser si la peau est abîmée car l'application sera douloureuse.


3) MICROPORE : si la peau est abîmée à un endroit, empêcher le pansement de coller à cet endroit en mettant du talc sur l'adhésif du pansement. Poser ensuite le pansement, et mettre du micropore pour le fixer en regard de la zone talquée.


Rappel : un traitement par occlusion peut faire baisser la vue de l'oeil occlus jusqu'à une quasi cécité, et il faudra faire récupérer cet oeil en fin de traitement par une inversion de l'occlusion. De ce fait, une fois le traitement débuté, le suivi après 8 jours, 15 jours, puis tous les mois, puis 8 jours et 15 jours après inversion de l'occlusion est impératif. Même en cas de guérison totale, le risque de rechute impose un traitement d'entretien jusqu'à l'âge de 12 ans.

Si un autre avis est souhaité auprès d'un confrère, il doit être demandé avant de commencer l'occlusion, et il est conseillé de m'en informer afin que je vous remette une copie du dossier.

Pendant toute la durée du traitement, il ne doit jamais y avoir de vision simultanée des deux yeux. Si vous n'avez pas pu faire respecter cela par l'enfant, ou en cas d'autre difficulté, recontactez-moi immédiatement.

Tout cela vous a été expliqué en consultation. Si ce rappel vous semble obscur, NE COMMENCEZ PAS LE TRAITEMENT et recontactez-moi.


                                                            Docteur Laurent Laloum

En l’absence de strabisme, et a fortiori, l’occlusion totale permanente prolongée peut provoquer un strabisme permanent, ce qui restreint son indication aux échecs des autres méthodes.


En cas de strabisme permanent, l’occlusion totale permanente prolongée a la préférence de l’auteur pour plusieurs raisons qui sont affaires de spécialistes. D’autres auteurs très compétents préfèrent d’autres méthodes. La seule façon d’affirmer quelle est la meilleure méthode serait de réaliser une étude aléatoire (on tire au sort pour savoir quelle sera la méthode employée pour chaque patient), en aveugle (le médecin qui évalue les résultats de chaque patient ne sait pas quelle a été la méthode employée) étudiant les performances, les contraintes, et la facilité d’observance de chaque méthode.

J’ai eu l’occasion de tenter de mettre en route une telle étude, en expliquant aux parents que lorsqu’ils viennent me consulter moi qui pratique telle méthode, plutôt que le Dr X. très renommé qui utilise telle autre méthode, c’est déjà une forme de tirage au sort, pas très différente du tirage au sort que je proposais. Sur une cinquantaine d’enfants, je n’en ai revu que deux : il faut vraiment une solide formation mathématique pour ne pas être scandalisé lorsqu’un médecin propose de tirer au sort le traitement qu’il va appliquer à votre enfant. Donc aucune étude correcte publiée à ce jour.

Il existe des études à la méthodologie correcte, dites " evidence based medicine " sur des sujets proches. Il est important d’en lire les résultats et non uniquement les conclusions parfois erronées.

Par exemple une de ces publications, réellement intéressante, a pour conclusion "annexe" que la guérison des amblyopies strabiques peut être obtenue sans que l’oeil amblyope ne soit devenu fixateur : les auteurs ont trouvé à chaque examen que l’oeil dominant restait l’oeil fixateur. Il est bien plus probable que les examinateurs ont testé la fixation sur un point lumineux et non sur un stimulus demandant un effort visuel et testant l’oeil réellement fixateur lorsque l’enfant regarde avec attention.